mardi 10 décembre 2013

Irish soda bread (pain irlandais sans levure ni pétrissage)

J'adore faire de la boulange... 
Mais il faut pas mal de temps devant soi pour boulanger : la pâte doit être pétrie (à la main chez moi, pas de robot ni de machine à pain), il faut que ça lève (deux fois, au moins 1h30 à 2 heures à avoir devant soi...) et le temps de cuisson qui peut être important aussi selon la taille du pain. 
J'ai trouvé la parade à l'étape pétrissage avec le pain à la cocotte sans pétrissage (mais avec levée de 14 à 18 heures, faut prévoir à l'avance !) que je trouve particulièrement bon mais je n'arrive pas toujours à m'organiser pour lancer la fabrication au bon moment... 
Aujourd'hui, avec l'irish soda bread, j'ai trouvé l'alternative pour faire un pain rapidement, sans pétrissage ni levée ! 
Si si ! 
Le soda bread, c'est un pain sans levure de boulanger, celle là même qui réclame du temps pour s'activer et faire lever la pâte. On remplace la levure par du bicarbonate de sodium (ou de soude, c'est la même chose ,"baking soda" en anglais) qui va agir comme de la levure chimique dans les gâteaux pour faire lever le pain à la cuisson. On utilise aussi du lait fermenté (buttermilk en anglais) qui va servir à humidifier le pain et dont le "sucre" du lactose va contribuer à la levée lui aussi. 
Certes, ce pain sèche vite et il vaut mieux le consommer le jour même (ou quand même, le lendemain toasté) mais il a l'énorme avantage d'être très vite prêt, à peine quelques minutes pour confectionner la pâte, une trentaine de minutes de cuisson. Ça dépanne bien quand on a oublié le pain, ou qu'on est coincé à la maison par la neige ! Bon, pour être honnête, je ne suis dans aucune des deux situations mentionnées ci dessus, mais je ne résiste pas à tester une nouvelle recette ! J'ai croisé celle-ci sur le blog "qu'est ce qu'on mange, ce soir, à Cannes ?" dans un billet fleuve avec plein de recettes d'automne. 
Je l'ai un peu remise à ma sauce avec ce que j'avais sous la main (c'est à dire pas de fruits secs mais des graines de lin et un mélange de farine complète, de farine d'épeautre et blanche) et je dois dire que je l'ai adoptée ! 
Vite fait, bien fait, un pain tout frais ! 


Allez hop, la recette !  


250 g de farine complète et/ou d'épeautre
250 g de farine blanche type 55 1 cc de bicarbonate de soude1 cc de sel
420 ml de lait fermenté (peut être un peu plus ou moins, selon les farines)
Un peu de farine pour saupoudrer le pain


Préchauffez votre four à 200°C.

Dans un saladier, mélanger les farines, le bicarbonate de soude, les graines et le sel.
Ajouter le lait fermenté et mélanger jusqu’à ce qu’une boule de pâte un peu collante se forme. 
Former une boule sur le plan de travail avec un peu de farine si ça colle trop (sans pétrir la pâte, cela la rendrait trop dure après cuisson) 
Sur une plaque ou un plat à tarte, placer une feuille de papier sulfurisé et déposer le pâton.
Écraser légèrement la boule et l'entailler d’une croix assez profonde avec un couteau (c'est important pour aider à lever que les entailles soient profondes, sans toutefois aller trop loin). 
Saupoudrer d'un peu de farine. Enfourner laissez cuire 30 à 35  minutes à 200°C. 
Le pain doit sonner un peu creux quand il est cuit.


5 commentaires:

Betty a dit…

Tiens, ça c'est une recette qui risque de finir sur ma table de fêtes!

damouredo a dit…

Ca me plait bien. Faut juste que je trouve du lait fermenté. On ne peut pas le faire soi-même dit ô Zazou grande prêtresse de la cuisine ?

Isabelle a dit…

Hello Damouredo ! ;-)
Je trouve très facilement du lait fermenté (kefir) au rayon lait frais de tous les supermarchés (une grande brick, souvent verte et blanche de la marque Yorik mais il y a d'autres marques... ET j'ai trouvé un lien qui explique comment faire du lait fermenté à la maison mais je n'ai pas testé : http://www.lecoindejoelle.com/blog/2010/09/trucs-et-astuces-fcomment-faire-du-lait-fermente-soi-meme/ Tu nous dira si tu essaie ?

damouredo a dit…

Ah ben voilà...Kefir là ca me parle.
Effectivement j'ai déjà croisé ces pots en supermarché. D'ailleurs j'en buvais énormément en Allemagne quand j'avais 20 ans. Va savoir pourquoi je n'en ai jamais re-bu depuis. Merci pour cette précision ;)

Isabelle a dit…

Te voilà sauvée Damouredo ! ;-)