samedi 22 avril 2017

Velouté de courgettes au curry thaï, lait de coco et coriandre

Oui c'est le printemps mais il peut encore faire bien frisquet !
Et quand il fait frais, quoi de mieux qu'une petite soupe pour se réchauffer ?
Alors finies les courges, le chou et autres poireaux, voilà une recette avec un légume qui commence à apparaître sur les étals, des courgettes.
La courgette même utilisée toute seule donne un velouté très... velouté ! alors pas besoin d'un liant comme de la pomme de terre, elle se suffit à elle même. Un peu d'échalote pour le goût, une cuillère de curry jaune thaï (le plus doux), de la coriandre et du lait de coco et voilà une recette légère et colorée. Il se déguste d'ailleurs aussi bien chaud que froid si jamais les températures décident de monter enfin !

Allez hop la recette !

Pour 4 personnes

1kg de courgettes bios
3 échalotes
1 petite cuillère à soupe de pâte de curry jaune
70 cl d'eau
10 cl de lait de coco
1 cuillère à soupe d'huile de coco (ou de tournesol)
sel, poivre
Coriandre fraîche, jus de citron vert et piment rouge pour servir

Pelez et émincez les échalotes et faites les revenir quelques instants dans l'huile de coco chaude.
Ajoutez les courgettes coupées en dés, mélangez et ajoutez la pâte de curry, salez, poivrez.
Ajoutez l'eau (qui doit juste arriver à hauteur des courgettes) et faites cuire environ 25 minutes.
Retirez une petite louche de bouillon et réservez-la dans un bol pendant que vous mixez le velouté. Ajustez la texture en rajoutant le lait de coco et un peu de bouillon si vous le souhaitez.
Servez avec un peu de coriandre fraîche, de piment haché, et quelques gouttes de lait de coco et de jus de citron vert.



samedi 15 avril 2017

Panisses marseillaises à ma façon

Connaissez vous les panisses ? Non ?

Allez je vous raconte : il s'agit d'une sorte de pâte qu'on prépare à base de farine de pois chiches et d'eau, que l'on fait figer dans un plat puis qu'on découpe et dont on fait frire (ou dorer à la poêle) les morceaux. On procède aussi de cette façon avec la polenta.
Un kiosque de panisses à l'Estaque à Marseille
C'est une recette vraiment traditionnelle de Marseille, en particulier à l'Estaque un charmant petit quartier de la cité phocéenne. Une vraie institution, les kiosques que l'on voit en bord de plage, où l'on achète des cornets de ces petites galettes croustillantes pour l'apéro. Là bas, elles sont moulées dans des cylindres pour former des petites galettes rondes et plutôt fines, mais on les sert souvent aussi en forme de frites, ou encore comme ici coupées en triangles, c'est comme on veut.

La farine de pois chiches est connue tout autour de la Méditerranée où l'on retrouve des variantes de galettes comme la socca à Nice (version plus fine et croustillante faite à la poêle), la farinata en Italie (au four), parfois dans les falafels au Liban... Et même plus loin avec des crêpes à l'indienne, aux épices dont j'ai donné la recette ici déjà.
C'est une bonne source de protéines végétales, qui plus est à index glycémique bas et sans gluten, que de bonnes choses non ?

Des panisses pour accompagner une salade ou une poêlée de légumes font un plat végétarien parfait. Coupées fines et bien dorées, ce sera très sympa à l'apéro aussi.
On peut la préparer à l'avance et la conserver au frais emballée dans du film plastique pour ne la découper qu'au moment de les faire dorer à la poêle.
Je dis "à ma façon" parce qu'en général elles sont natures mais l'ajout d'ail et d'origan apporte un vrai plus à mon avis. On peut varier les épices selon son goût, par exemple le cumin va très bien avec les pois chiches, ça doit être pas mal du tout, ou pourquoi pas du paprika fumé (pimenton) pour accompagner un plat aux saveurs mexicaines ou espagnoles ?


Allez hop ! la recette !
Pour 4 personnes en accompagnement

125 g de farine de pois chiches
50 cl d'eau
1 gousse d'ail
1 cuillère à café de sel
1 cuillère à café d'origan (ou thym, ou herbes de Provence)
poivre du moulin
Un peu d'huile pour le plat
Huile d'olive pour la cuisson à la poêle

Huilez un plat d'environ 25 cm de diamètre (si on veut des parts triangulaires comme ici, un peu épaisses). On peut aussi utiliser un moule rectangulaire pour couper des frites droites. L'épaisseur de la panisse (selon la taille du plat) déterminera si elle sera moelleuse ou plus croustillante si vous l'étalez plus finement (pas moins d'un 1/2 cm sinon elle risque de se casser).

Pesez la farine dans un saladier, salez, poivrez et ajoutez l'origan.
Avec un fouet, ajoutez l'eau froide petit à petit pour délayer la farine sans faire de grumeaux. Ajoutez la gousse d'ail pressée et mélangez bien.
Transvasez ce mélange dans une casserole (si possible à revêtement antiadhésif) et faites cuire sans cesser de remuer avec le fouet, et ce pendant au moins 5 minutes. A la fin, quand la pâte a épaissit, on peut le faire avec une cuillère en bois.

Versez la pâte chaude dans le plat huilé et lissez la surface. Laissez refroidir et figer au moins une heure (on peut mettre au frais à ce stade pour les faire plus tard ou le lendemain).
Coupez la panisse en parts (triangles, frites, ronds avec un emporte pièces...).
Faites chauffer un peu d'huile dans une poêle anti adhésive et faites dorer les panisses sur les deux faces, environ 5-8 minutes en les retournant de temps en temps.
Servez chaud et croustillant en accompagnement d'une salade ou d'une poêlée de légumes.









mardi 11 avril 2017

Pain irlandais (Irish soda bread) au seigle et farine complète

Sur ce blog, j'ai déjà donné plusieurs recettes de pain comme ce pain cocotte sans pétrissage ou déjà un irish soda bread parce que de temps en temps, j'aime bien faire mon propre pain.
Seulement, le pain classique demande du temps (levée minimum de 2 heures, voire 16 pour le pain cocotte) et parfois, c'est difficile de s'organiser pour avoir un beau pain au moment où on en a envie.

En plus, faire son pain permet de choisir ses farines, bios de préférence surtout si comme moi on les consomme complètes ou intégrales (les pesticides se concentrent dans l'écorce des grains, donc éviter les céréales complètes non bios est une évidence, mais ça va mieux en le disant !). Et on remarque très vite aussi qu'en magasins bios, ces farines sont très bon marché contrairement aux idées reçues sur ce type de magasins.

L'avantage de ce pain irlandais, c'est qu'il ne prend pas plus de temps à faire qu'un gâteau (disons une heure cuisson comprise puisqu'il suffit de mélanger les ingrédients) puisqu'il n'y a pas de levée et que du coup ça dépanne bien.
Quand en plus, c'est bon, c'est tout bénéfice non ?
La mie n'est pas aérée et levée comme un pain traditionnel de chez nous, mais personnellement j'aime les pains à la mie dense (et pas les éponges pleines de trous...) alors ça me convient.
La présence de sirop "golden syrup" apporte un petite touche sucrée qui fait de ce pain tendre une sorte de "gâteau" plus qu'une miche "bien de chez nous" mais il est délicieux avec du fromage de chèvre
La première recette que j'ai testée est bonne mais se conserve moins bien que celui là. Je pense que c'est dû à la présence du golden syrup (ou du miel). En plus, ce sucre apporte un petit goût très agréable, aussi bien avec un accompagnement salé que sucré.
C'est l'action combinée du bicarbonate avec le "sucre" du lait fermenté et celui du miel qui va faire lever votre pain;
Le fait de le faire cuire dans un moule permet aussi d'avoir un joli pain, qui se coupe facilement en tranches. La pâte est très collante et difficile à manipuler pour en faire une boule.
Conservez-le enveloppé dans un sachet plastique pour prolonger sa durée de vie. Et s'il commence à sécher légèrement passez les tranches au grille pain.
La recette m'a été inspirée par celle partagée par un déjeuner de soleil, qui elle même l'avait adaptée de deux recettes de Trish Deseine, bref, comme toujours en cuisine, rien ne se crée, tout se transforme, alors voilà "ma" version à moi ! Libre à vous d'ajouter quelques graines comme des graines de tournesol ou de courge si le coeur vous en dit.


Allez hop, la recette !

Pour un gros pain (dans un moule à cake large de 24 x 14 cm)

150 g de farine de seigle complet
300 g de farine complète (ici un mélange de 5 farines complètes bios Celnat)
80 g de flocons d'avoine
450 ml de lait fermenté (au rayon lait frais du supermarché, Yorik ou Elben)
1 cuillère à café de bicarbonate de sodium alimentaire
2 cuillères à soupe de golden syrup ou de miel d'acacia
1 petite cuillère à café de sel (pas trop à cause du bicarbonate)

Préchauffez le four à 180-200° C.
Mélangez les farines avec les flocons d'avoine, le sel et le bicarbonate.
Dans un pichet, mesurez le lait fermenté et y dissoudre le sirop (ou le miel) avec un petit fouet.
Ajoutez le lait sur les farines et mélangez avec une cuillère en bois le temps de bien amalgamer le tout.
Chemisez le moule à cake avec un papier sulfurisé et y déposer la pâte.
Tassez un peu le pain dans les angles et lissez la surface avec la main mouillée (cela va éviter que la pâte ne colle trop à votre main).
Enfournez pour environ 50 minutes. Le pain doit avoir doré légèrement et sonner creux quand on tapote le fond.
Sortez le pain du moule et laissez-le refroidir sur une grille dans son papier cuisson
.
Conservez ce pain deux à trois jours dans un sachet plastique.

lundi 27 mars 2017

Saumon rôti aux asperges vertes et tomates, sauce à l'oignon rouge, citron et thym

La saison des asperges commence et elles font partie de mes légumes préférés. J'attends toujours leur saison avec impatience, c'est mon petit plaisir du printemps.
J'apprécie particulièrement les asperges vertes, simplement cuites à la vapeur ou encore rôties ou grillées.
Aujourd'hui, je vous propose une plat complet, coloré et équilibré.
Le saumon est un poisson intéressant d'un point de vue nutritionnel, c'est un poisson "gras", donc riche en nutriments comme les omégas 3 ou les acides gras bons pour le coeur. Consommé en quantité raisonnables, choisi si possible sauvage (des études sur les saumons bios récentes ont démontré qu'ils n'étaient pas exempts de trucs pas très nets... un comble mais c'est une autre histoire !) alors n'hésitez pas à le mettre au menu de temps en temps.

Allez hop ! la recette !

Pour une personne, à adapter au nombre de convives

200 g d'asperges vertes fraîches
1 pavé de saumon
1 poignée de tomates cerises
1/4 d'oignon rouge
2 brins de thym
Un peu de jus de citron
2 petits cornichons (ou 1 cuillère de câpres que je n'avais pas sous la main ce jour là)
sel, poivre
2 cuillères à soupe d'huile d'olive

Hachez l'oignon rouge, effeuillez le thym, coupez les cornichons en tout petits dés.
Mélangez ces ingrédients avec l'huile d'olive, du sel et du poivre dans un petit bol.
Rincez les tomates et les asperges. Retirez les bases des asperges et pelez les légèrement si besoin.
Placez les légumes dans un petit plat à four et arrosez d'un peu de sauce, mélangez pour enduire les légumes et placez le plat au four pour 10 minutes.
Pendant ce temps, retirez la peau du pavé de saumon.
Retournez les légumes dans le plat.
Ajoutez le poisson sur les légumes précuits, arrosez-le du reste de sauce et enfournez à nouveau pour environ 15 minutes.
Servez bien chaud à la sortie du four.
Si vous souhaitez compléter votre plat, servez avec un peu de semoule d'épeautre complète pour un plat à IG bas parfaitement équilibré.