samedi 18 décembre 2010

Bredele 2, le retour ! les Bäsler Leckerlis

Voici une nouvelle recette de bredele, entre les biscuits et le pain d'épices, avec un glaçage au rhum sur le dessus, un délice ! J'aime particulièrement ces recettes de pain d'épices glacés, très courantes en Alsace, et que l'on trouve rarement en dehors des frontières de cette belle région. Il faut dire que ces recettes de bredele, c'est un excellent prétexte pour faire des gâteaux, et tout ça sans complexes puisqu'on se dit qu'on va les offrir ! Celle ci est délicieuse, moelleuse à souhait et bien parfumée. 
Je pense qu'il s'agit de ma recette préférée cette année ! Et je pense que les copains qui l'ont fait disparaître en moins de deux aux soirées où j'en ai emmené ne diront pas le contraire...

Vous trouverez d'autres recettes  et ...
La source est la même : le délicieux blog "Beau à la louche" qui propose encore bien d'autres recettes très variées. Comme pour le billet précédent, je vous retranscrit presque telle quelle la recette parce qu'elle est parfaite ! (je n'avais pas de farine de seigle par exemple, par rapport à l'originale) 
Je crois que pour cette année, mon choix va s'arrêter là, mais libre à vous de multiplier les fournées, vous m'en donnerez des nouvelles !  

Bäsler Leckerlis
Pour une cinquantaine de petites pièces :
60g d’amandes effilées
200 g de farine
1 sachet de levure chimique
4g d’épices à pain d’épices (4 épices, cannelle, gingembre, clou de girofle, muscade, au choix) là j'ai utilisé du 4 épices et un peu de cannelle.

200g de miel
1 œuf
30g d'orange confite découpée en tout petits dés
30g de gingembre confit découpé en petits dés (on peut le remplacer par du citron 
ou de l'orange confits )
Pour le glaçage :
75g de sucre glace
30g de rhum 

Faire dorer à sec dans une poêle les amandes effilées, réserver.
Dans un saladier, mélanger la farine et la levure chimique, ajouter ensuite les épices, le miel, les œufs, les amandes et les fruits confits. Travailler la pâte pour obtenir un mélange homogène. La pâte est souple, pas épaisse, elle ne forme pas de boule. Elle n’est pas malléable. La mettre dans un sac congélation et mettre au frais pour 
1 heure.
Au bout de ce temps, préchauffer le four à 220°C, étaler la pâte sur une feuille de papier sulfurisé ou sur une toile silipat sur 6 à 10 millimètres d’épaisseur en vous aidant d'une spatule que vous humidifiez pour lisser la surface et donne une forme rectangulaire à la pâte, c'est plus facile pour couper en dés ensuite. Cuire environ 10-12 minutes à 220°C.
Sortir du four, laisser à peine reposer le temps de préparer le glaçage : mélanger le sucre glace et le rhum, à l’aide d’un pinceau, napper la surface du biscuit de la moitié du glaçage. Laisser ce glaçage se figer puis napper le biscuit avec la deuxième moitié du glaçage.
Laisser le glaçage complètement prendre et le biscuit refroidir totalement, "parer" ensuite le gâteau, c'est à dire couper les bords du gâteau pour obtenir des bords bien droits (ils sont de toute façon un peu trop cuits et plus durs alors vous pouvez les dévorez sans scrupules !)  puis découper ensuite en petits carrés réguliers. Conserver dans une boite métallique.

3 commentaires:

Laurent a dit…

Ce n'est pas si éloigné de certains petits gâteaux allemands... Bon, moi je ne suis pas LE spécialiste des gâteaux allemands, je les mange, c'est tout !

Isabelle a dit…

mais tu as raison, on est dans les mêmes régions ! et moi aussi, je suis plutôt spécialiste de la dégustation ! Et ceux là sont de loin mes préférés cette année !

Laurent a dit…

Je vais poster bientôt un article sur le Christstollen (un doute sur l'orthographe...), découvert il y a peu, une merveille de gourmandise ! Ah, au fait, j'oubliais, Bonne Année !!!